L’Œuvre de la jeunesse a été fondée à Marseille en 1799 par l’Abbé Jean-Joseph Allemand, âgé alors de 27 ans. Après avoir occupé successivement plusieurs locaux de la ville, Monsieur Allemand installa son Œuvre, en 1820, dans les locaux actuels de la rue Saint-Savournin. Il la dirigea pendant 37 ans, jusqu’à sa mort survenue en 1836.

Depuis l’origine elle accueille les jeunes pendant leurs loisirs pour les aider à grandir, à s’épanouir et à devenir des adultes libres et ouverts, capables de s’engager au service des autres et d’assumer leur part de responsabilité.

Ses successeurs ont créé plusieurs filiales, dont l’une fonctionne toujours : Les Iris, dans le quartier Saint-Giniez.

La présente note concerne plus particulièrement l’Œuvre située à la rue Saint-Savournin qui, depuis plus de deux cents ans, est au service des jeunes, avec le souci constant de s’adapter à chaque génération.

ST-SA

L’objectif :

En matière d’éducation la responsabilité des parents est première. L’Œuvre ne désire pas se substituer aux familles. Elle leur offre une collaboration par des moyens qui lui sont propres : les jeunes trouvent à l’Œuvre une communauté de vie qui se veut dynamique et généreuse, avec un caractère familial où toutes les générations se retrouvent, en particulier à l’occasion de quelques événements importants et symboliques.

Depuis l'origine, l’Œuvre accueille les jeunes pendant leurs loisirs pour les accompagner et les aider à devenir des hommes et des chrétiens pleinement engagés et responsables dans la société actuelle.

Elle tend à former une communauté d’Église dynamique et généreuse où chacun peut être actif tout au long de l'année. Elle lui donne la possibilité de construire et d’unifier toutes les dimensions de sa personne : corporelle, spirituelle, intellectuelle et sociale. Elle lui offre de vivre sa foi et l’Évangile avec les autres.

Il se découvrira aimé et appelé à aimer. L’Évangile éclairera sa vie personnelle et relationnelle. Il pourra mettre en pratique la Parole de Dieu : respect de lui-même, de l’autre, de la création ; joie du service ; sens de la gratuité ; goût de l'effort, force du pardon, apprentissage de la liberté… Elle l’aide à devenir adulte à partir de ce qu'il est aujourd'hui en lui donnant confiance. Elle lui propose d’apprécier à leurs justes valeurs les biens matériels, convaincue que l'homme vaut plus parce qu'il est et ce qu’il devient que parce qu'il possède. Elle cherche à le rendre capable de vivre heureux et utile dans la société, capable d'initiative, capable d'assumer sa responsabilité. Elle l’invite au témoignage d'une vie qui soit pour les autres, source d'Espérance.

Pour atteindre ces objectifs, que fait-on à l’Œuvre ? Son fondateur disait déjà : « ici, on joue et on prie ». Cette formule est toujours d’actualité.


Ici on joue :

Dans le jeu, l’enfant et l’adolescent trouvent une occasion privilégiée de développer leurs aptitudes et de découvrir la vie d’équipe. Les activités de plein air, jeux divers, sports d’équipe, piscine en été, week-ends, camps fixes ou itinérants en France et à l’étranger, sont autant d’occasions particulièrement favorables d’épanouissement physique et culturel, et de découverte des richesses d’une vie communautaire saine, préalable indispensable d’une foi vécue.

On trouve également à l’Œuvre des possibilités de détente par des activités d’intérieur telles que bibliothèque, jeux de société, ping-pong, baby-foot, billard, jeux traditionnels en bois, foot en salle, danse, travaux manuels, jeux vidéo…

Enfin des temps de réflexion et de partage sur des sujets culturels ou d’actualité permettent aux jeunes de développer leur esprit critique et d’avoir une ouverture sur le monde.


Ici on prie :

Avec l’accord des familles, l’Œuvre offre aux enfants la possibilité de découvrir et de vivre la foi comme ce qui donne sens à l’existence et ce qui fonde une vie de liberté, d’ouverture et d’espérance. Invités à se tenir à l’écoute des autres, ils découvrent qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Dans ce climat de générosité, de dialogue et de respect des autres, les jeunes peuvent s’appuyer sur la foi et cheminer vers une véritable découverte de Jésus Christ qui les invite à oser croire en l’avenir, en leur capacité et dans les autres.

Parvenus à l’âge aîné, nombreux sont ceux qui seront portés à prendre un engagement, soit dans l’Œuvre soit au dehors.


Cette attitude foncièrement chrétienne a besoin d’être nourrie de la Parole de Dieu et de l’Eucharistie. Les enfants sont invités à participer à la messe du dimanche à l’Œuvre où la célébration convient à leur âge et où ils sont heureux de se retrouver ensemble pour prier. Cette messe du dimanche est bien entendu ouverte à tous les parents qui désireraient se joindre à nous.

D’autre part, la fréquentation de l’Œuvre sous-entend que la famille prend au sérieux la nécessité de l’instruction religieuse. Cela peut se faire soit à l’école si l’enfant est scolarisé dans l’enseignement privé, soit en paroisse. Sachez d’autre part que l’Œuvre propose du catéchisme pour ceux qui ne le suivent pas par ailleurs

Permettez-nous d’insister fortement sur ce point qui nous paraît capital tant pour l’enfant que pour la bonne marche de l’Œuvre.


Les devoirs des parents :

À présent mieux informés de ce que nous proposons à votre enfant, vous comprendrez, chers parents, que son inscription chez nous ne peut avoir de sens que s’il participe largement à la vie de son groupe et de l’Œuvre. Celle-ci n’est ni une garderie ni un terrain de football ni une piscine…

En début d’année scolaire, et également en cours d’année, les responsables du groupe de votre enfant vous inviteront à des rencontres parents-animateurs qui permettront une meilleure connaissance mutuelle et, nous l’espérons, de fructueux échanges. Nous ne saurions trop insister sur l’intérêt de telles rencontres et sur la nécessité d’y participer, même au prix d’une gêne ou d’un effort…

Nous nous permettons également d’insister sur la présence à l’Œuvre de votre enfant et sur le rôle que vous avez à jouer dans son assiduité. En particulier, certaines réunions ou activités sont signalées comme importantes pour la vie du groupe ou de l’Œuvre. Nous comptons alors sur vous pour, bien évidemment, ne pas contrarier cette présence et, si besoin est, la favoriser.